Arthur La compagnie des Montres Tél.: 04 78 37 75 64

0

Aucun produit

Livraison Livraison gratuite !
Total 0 €
Aller au panier Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port TTC Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Liste de produits par fabricant Lip

Marque Française

http://www.lip.fr/fr/histoire/

FRED LIP, UN HOMME HORS DU COMMUN


Fred Lipman a non seulement été l’acteur majeur de la survie des horlogeries Lip à une époque où la crise financière la menaçait grandement mais a aussi permis d’en faire un acteur important sur le plan national et international grâce à des méthodes de productions nouvelles inspirées des grandes usines américaines. Aux heures les plus sombres de la guerre, il a également avec ses techniciens continué d’innover en créant de mouvement de circonstances, simplifiés un peu avant de rejoindre le maquis et la résistance et reprendre l’usine Mouillère aux envahisseurs.


Fred Lipman est donc né à Besançon le jour des Trépassés comme il aimait le rappeler souvent. Un adage qui souligne encore un peu plus la volonté d’un homme bien décidé à rompre avec le passé et faire évoluer les horlogeries Lip en quelque chose de bien plus grand…


Son cursus scolaire fut loin d’être honorifique et en 1922 il échoue à l’oral du Baccalauréat qui cependant, il faut le rappeler était d’un niveau excessivement supérieur à ce qu’il est aujourd’hui. À la suite de quoi son père décide de placer Fred à l’école d’horlogerie de Besançon et lui permettra d’obtenir en 1925 un diplôme avec une mention spéciale pour sa réalisation de fin d’étude.



Après son service militaire Fred part en voyage d’étude aux états Unis où il visitera bien sûr nombre de manufactures horlogères mais également les usines de montage Harley Davidson étant aussi passionné de sports mécaniques.


Cette visite l’inspire et il décide de mettre en oeuvre les mêmes méthodes de production pour Lip.



Après avoir occupé le poste de « vendeur de charme dans une boutique horlogère sur les Grands Boulevards Parisiens », comme il aimait en plaisanter, il rentre en 1931 àBesançon rejoindre la société familiale dans un contexte plutôt sombre puisque les horlogeries Lip traversent une crise financière importante.


Lip au pays de Pushkin



En 1936 Fred Lip est directeur technique de Lip Horlogerie et supervise les accords avec l’URSS qui importe des pièces de montres et des calibres en grande quantité permettant ainsi à Lip de sortir vainqueur de son combat contre la crise et ce jusqu’à l’orée de la deuxième guerre mondiale. Pendant de nombreuse années des calibres d’origine Lip sont assemblés dans une usine conçue avec le concours des techniciens des Horlogeries Lip.


Ces accords étaient en parfaite adéquation avec la volonté des soviets de développer l’horlogerie en URSS. En effet la Russie n’avait pas la réputation de construire des gardes temps très précis d’ailleurs avant 1917 les montres auraient simplement été de bois et d’os. Il faudra attendre les années 30 avant de voir des montres un peu moins grossière. L’association avec Lip fut donc l’apogée de cet effort de la part des soviets de moderniser cette industrie trop longtemps négligée.


La 2éme guerre mondiale



À partir de 1938 avec l’arrivée imminente d’un conflit auquel pourtant personne ne voulait croire, Lip doit militariser sa production sous l’impulsions des autorités françaises tout comme d’autres grandes entreprises. « Saprolip » dont Fred Lipmann est le directeur général, est donc créée la même année pour répondre à ce besoin.


Ainsi des montres de bord sont produites comme la T10 qui équipe l’avion « Croix du sud » de jean Mermoz. En 1939 Fred se rend à Londres afin d’étudier avec la RAF (la royale air force) les possibilités d’une production à grande échelle de cette montre de bord extrêmement précise ainsi que des montres d’aéronef T14 (ci-contre en photo) ou encore des fusées de DCA sol-sol et sol-air.


Malheureusement en 1940 l’usine est réquisitionnée par les troupes allemandes et c’est sous la direction de l’alsacien Mr Ditetrich et du major Reile quet des montres sont produites pour des marques allemandes telles que Junghans mais aussi, des instruments de bord destinés à l’aviation. Durant cette période les T 18 et T 12 continuent d’être produites.


Fred Lipman et une partie du personnel de Lip réside à présent à Issoudun où est installé Saprolip (branche militaire de Lip) qui avec la défaite des forces françaises et l’armistice doit se reconvertir dans la production de valve à bicyclette !


Bien sûr Lip, sous le commandement de Fred Lipmann n’allait pas s’arrêter si facilement et, dès 1941 grâce à l’ingéniosité de ses techniciens développe le « I24″ qui répond à la pénurie en matériaux et outillage de l’époque en proposant un calibre simplifié. C’est le seul mouvement produit en France libre à l’époque !


La nuit du 13 au 14 septembre 1942 le commando de Pierre Georges dit « le colonel Fabien » figure emblématique de la résistance française fait sauter avec son commando le transformateur qui alimente l’usine Lip de Mouillère paralysant ainsi la production.


L’antisémitisme officiel se faisant de plus en plus pressant Fred Lipmann rejoint le maquis et participe activement à la résistance. En 1944 les Allemands tentent de dérober les machines de l’usine de la Mouillère mais n’y parviennent pas grâce à différents sabotages et à deux ouvrières dont la mission était d’identifier les machines Lip en Allemagne qui sont reparties vers Besançon pratiquement immédiatement après être arrivées.


Peu de temps après Fred Lipmann de retour à Besançon, expulse les occupants de son bureau et c’est dans un Besançon ravagé par la guerre ou seule l’usine Lip semble tenir debout avec la peine d’avoir perdu son père mort en déportation, qu’il se remet au travail pour refaire des Horlogeries Lip ce qu’elles étaient avant la guerre.


(Crédit Pascal du Blog LIP)

Détails
Patienter...